dimanche 17 novembre 2019
logo Carènelogo Conseil Général de Loire Atlantiquelogo STRANlogo Région Pays de La Loirelogo Service publiclogo Parc Naturel Régional De Brière
Mag octobre 2019
Le magazine municipal

Mag octobre 2019

> télécharger

> consulter les archives

ACTUALITÉS

Gestion des déchets
Gestion des déchets

le 01 octobre 2019

Nouvelles consignes de tri.

Lire la suite
Défi moins de déchets
Défi moins de déchets

le 15 octobre 2019

agglo-carene.fr

Lire la suite
Journées de dépistage
Journées de dépistage

le 04 novembre 2019

Pôle Santé

Lire la suite

Environnement

Gestion des déchêts

Gestion des déchêts

À partir du lundi 2 décembre, tous les emballages en plastique sans exception (barquettes de beurre, pots de yaourt, films de packs de bouteilles d’eau...) ainsi que les petits emballages métalliques (opercules, plaquettes de médicaments, couvercles de conserves, poches de compote…) pourront être déposés dans les bacs jaunes, aux côtés des bouteilles et flacons plastiques et des emballages en métal et en carton. 

 

Avec ces nouvelles consignes, appliquées sur l’ensemble de l'agglomération nazairienne et possibles grâce à la rénovation du Centre de tri Arc en ciel à Couëron, le tri des déchets devient plus simple et plus efficace. La CARENE estime à 4kg, par an et par habitant, le volume de ces emballages qui pourront désormais être recyclés ou valorisés en énergie.

 

Une question sur le tri des déchets ? Contactez le 02 51 76 13 22 

ou rendez-vous sur agglo-carene   Ma collecte en 1 clic.  

Label des Villes et Villages Fleuris

Label des Villes et Villages Fleuris

La remise des prix des Villes et villages fleuris en Pays de la Loire s’est déroulée lundi 12 novembre

Notre commune vient d'obtenir une 2ème fleur :

le label s'engage aujourd'hui sur des enjeux tels que l'amélioration du cadre de vie, le développement de l'économie locale, l'attractivité touristique, le respect de l'environnement, la préservation du lien social et surtout la place du végétal dans l'aménagement des espaces publics.

Félicitations à notre équipe des services espaces verts !

 

 

Déchets verts

Déchets verts

Le brûlage à l'air libre des déchets verts : c'est interdit !

 

Article 84 du "règlement sanitaire départemental " (RSD) type diffusé par la circulaire du 9 août 1978.

 

SANCTION ENCOURUE : Brûler vos déchets verts vous expose à une contravention de 450 euros (art. 131-13 du code pénal).

http://www.pays-de-la-loire.developpement-durable.gouv.fr/le-brulage-a-l-air-libre-des-dechets-verts-a3990.html

 

Charte de l'habitant : jardiner sans pesticides

Charte de l'habitant : jardiner sans pesticides


Dans un souci de préservation de la qualité des eaux et de santé publique, la commune s’est engagée dans une démarche de réduction de l’utilisation des pesticides sur ses espaces publics.
 

 

 

Invasions biologiques et espèces invasives

Invasions biologiques et espèces invasives

Plantes exotiques envahissantes et jardins
Certaines espèces animales ou végétales, une fois introduites dans un nouveau milieu ou continent, vont survivre, se reproduire et parfois proliférer. On parle alors d’espèces invasives qui composent les invasions biologiques.

Ce processus s’est amplifié durant les dernières décennies avec l’augmentation des transports et des échanges commerciaux internationaux.

Pourquoi s’intéresser aux invasions biologiques ?
La prolifération d’une espèce, en entrant en compétition avec les espèces naturellement présentes, peut réduire la richesse d’un site. A l’échelle mondiale, les invasions biologiques sont actuellement considérées comme l’une des principales causes de perte de biodiversité.
D’autre part, les proliférations peuvent produire des nuisances aux activités humaines ou des problèmes de santé publique.

En pays briéron
Ecrevisse de Louisiane, jussie, myriophylle du Brésil, ragondin, poisson-chat, baccharis, Ibis sacré du Nil, carassin, et renouée du Japon sont les espèces qui, actuellement, symbolisent les invasions biologiques et préoccupent les gestionnaires d’espaces naturels.

Sources du CNBB et Pnr Brière

 

 

Plantes exotiques envahissantes et jardins

Plantes exotiques envahissantes et jardins

Les jardins, source d’introduction

Nombre de plantes, d’ornement ou potagères, présentes dans nos jardins, ne sont pas originaires de nos contrées. Chaque année, de nouvelles variétés ou espèces sont proposées pour embellir les jardins des particuliers et les espaces publics. La grande majorité ne présente pas de caractère invasif. A l’inverse, pour un petit nombre, des plantes exotiques sont particulièrement dynamiques et gagnent, à partir des jardins, les espaces naturels où elles créent des envahissements difficiles à contrôler.
Sur ses propres parcelles, le jardinier est également confronté aux envahissements qu’il réduira souvent avec beaucoup de peine.

  • N’introduisons pas de plantes envahissantes avérées
  • Pour ne pas contribuer aux invasions biologiques :
  • Privilégions les essences locales
  • Ne plantons pas d’espèces exotiques dont le caractère invasif est connu
  • Ne laissons pas se développer dans nos parcs et jardins d’espèces invasives

 

 

Voir liste des espèces déconseillées par le Parc naturel régional de Brière et le Conservatoire Botanique de Brest.
Des plantes à proscrire dans nos jardins marais chapelains :
La Jussie : utilisée dans les mares et bassins, elle recouvre rapidement les berges et la surface de l’eau. L’arrachage manuel régulier de l’intégralité des plants (racines et feuilles) dès le printemps, est le moyen le plus efficace pour éliminer les herbiers. Depuis 2007, sa vente et son colportage sont interdits.
Le Myriophylle du Brésil : comme la Jussie, est utilisé pour l’ornement des plants d’eau et se gère de manière similaire.
La Renouée du Japon : introduite dans les jardins, cette plante forme des fourrés denses de plus de 2 m de haut. Son système racinaire est particulièrement puissant et peut déstabiliser les chemins et murets. La fauche régulière, dès que les pousses atteignent 20 cm, est préconisée pour réduire cette plante particulièrement vivace. Ne transportez pas la terre contaminée par des graines ou racines de renouée car vous allez la propager.
Que faire des plantes après destruction ?
Pour les petits volumes, le séchage, puis l’incinération, est une alternative intéressante, à condition de respecter la réglementation en vigueur (interdiction de feux estivaux, voir arrêté en mairie).
Nous pouvons tous contribuer à la protection de la nature. N’utilisons pas de plantes invasives.
Sources du CNBB et Pnr Brière.